pays-des-sons-1-14-cadré

1 – Le Vallon du Villaret : les rêves de l’eau ou « imagination de la matière »*

Le Vallon du Villaret, projet ingénieux de son créateur, Guillaume Sonnet, est niché au fond d’un vallon, le long de La Valette, près de Bagnols-les-Bains. Extraordinaire machine à imaginaires, il nous entraîne dans une bienheureuse et expérientielle plongée dans l’art, le jeu, la nature et dans le cadre d’un patrimoine exceptionnel.
L’eau y constitue la colonne vertébrale, se transforme en un objet esthétique à part entière, visuel, sculptural, pictural… et les artistes explorent son énergie, ses potentiels et multiples fluidités. L’intérêt repose sur « la variété de ses spectacles »*, des tonalités, des démarches singulières, des surprises telles le mur d’eau.
pays-des-sons-1-14-cadréMG_5562sylvette-filet-rivierefacebook-15-corde-a-sauter-ados---copie
Des mots reposent sur la peau de l’eau
Une « utopie réaliste » ouverte en 1993, grâce au concours des collectivités, un concept unique sur le plan national qui accueille 35 000 visiteurs par an qui découvrent notamment les œuvres de 30 artistes sur un parcours de 2 km. : Michel Blazy, Christine Boileau, Armelle Caron, Aline & Loul Combres, Nathalie Dollfus-Massenet, Elisa Fantozzi, Patrice Ferrasse, Jean-Claude Gagnieux, Cécile Hesse et Gaël Romier, Philippe Jaminet, Suzy Lelièvre, Joachim Mogarra, Lucien Pelen, Jean Racamier, Pierre Tilman, Felice Varini, Michael Viala…
La Tour du XVIe accueille aussi des productions d’artistes contemporains depuis l’ouverture du Vallon et une première collaboration avec le Centre Georges Pompidou, puis le FRAC. Ont été présentés les travaux de plus de 200 artistes, parmi lesquels d’autres grands noms de l’art du XXe siècle (Ben, Viala, Combas, Blazy, Sorin, Varini…), des œuvres créées généralement in situ, en dialogue avec le site et son environnement.

La Tour offre ainsi au visiteur une exposition tous les étés : Suzy Lelièvre et Raphaël Kuntz, Le gentil Garçon, Audrey Guiraud, Jean Denant ces dernières années, Pierre Malphettes en cet été 2017 pour « Silva ».
Silva est le titre éponyme du film proposé au dernier étage, réalisé en partenariat avec Mécènes du Sud. À l’accueil et au centre de la tour sont exposées des pièces minérales ainsi qu’une « sculpture tronc d’arbre ».
Silva nous entraîne dans une traversée énigmatique et une immersion contemplative de la forêt, à la découverte d’un chasseur à l’arc, d’un laboratoire énigmatique et de trois musiciens jouant en live. En de lents travellings, le film révèle le mystère des bois, de ses matières (troncs d’arbres, mousses et fougères, insectes).
Pierre Malphettes prépare d’ailleurs une installation pérenne en extérieur qui s’inscrira dans le projet en cours de Guillaume Sonnet : l’agrandissement du Vallon pour notre plus grand plaisir.
À Bagnols-les-Bains – www.levallon.fr

* L’eau et les rêves, Essai sur l’imagination de la matière, de Gaston Bachelard. : « C’est près de l’eau que j’ai le mieux compris que la rêverie est un univers en émanation, un souffle odorant qui sort des choses par l’intermédiaire d’un rêveur. La plus belle des demeures serait pour moi au creux d’un vallon, au bord d’une eau vive, dans l’ombre courte des saules et des osières. »

 

2 – PHOT’Aubrac : imaginaires de l’eau

 

Le massif de l’Aubrac est un véritable château d’eau. Elle y est omniprésente sous toutes ses formes : rivières, boraldes, lacs et lacquets, zones humides et tourbières, sources et thermalisme, pluie et neige, barrages, cascades… sans oublier la sublime route des lacs.

De terre et d’eau…
Terre aussi d’images par excellence, où s’épanouit Phot’Aubrac, créé en 2003 par le foyer rural de Nasbinals. Simple et magnifique idée : en plein cœur d’Aubrac, faire participer la population et inviter les jeunes agriculteurs à ouvrir leurs étables, granges, buron et lieux atypiques, pour y exposer des œuvres, faire découvrir le « pays » avec authenticité.

Pour 2017, l’eau est donc le thème naturellement retenu du festival de photo nature, animalière et humaine Phot’Aubrac ; les expositions présentées depuis plusieurs années étant toujours en lien avec l’environnement, l’état et le devenir de la planète.

Cette année, Phot’Aubrac 2017 se déroule du 21 au 24 septembre avec 55 expos reparties sur 5 villages : Nasbinals, Marchastel, Prinsuejols, Aubrac et Saint-Urcize). Les 14 lieux : burons, étables, granges, églises, extérieurs et même cette année une prison du XIVe siècle. C’est aussi des projections et conférences à La Rosée du matin, à Nasbinals, des dédicaces, des apéritifs casse-croûte avec le public et les participants, en présence de Han Silvester Reza, Morad Ait Habouch, Muriel Barra, Anne Cécile Monnier et toute l’équipe du film Antarctica, dont Laurent Ballesta.
photaubrac.com/edition-2017

AH1Y8312AH1Y7642AH1Y8001
Photos : Jean Pierre Montiel
Photographe sportif pendant plus de 25 ans, Jean-Pierre Montiel est arliesien. Il est co-organisateur du festival Phot’aubrac 2012 au côté de la Communauté de Commune de l’Aubrac Lozérien.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer