Gilles-CHARIER

Gilles-CHARIERQuel est le rôle de Derbi ?
Derbi est l’un des trois pôles de compétitivité français consacrés au développement des énergies renouvelables. Il est né d’une politique de l’État visant à rapprocher le monde de la recherche d’excellence et celui des entreprises de pointe présents sur le territoire national, à l’image des clusters américains. Il est implanté à Perpignan depuis 2005 et compte 170 membres, dont une soixantaine d’entreprises comme Quadran, Urbasolar ou EDF Énergie Nouvelle, ou des industries telles Sunpower (lire encadré Les survoltés d’Aubais, page précédente) ou Cahors (équipements pour réseaux électriques). Le pôle fédère également une trentaine de centres de recherches et des collectivités territoriales.
Quel secteur d’innovation accompagnez-vous actuellement ?
La recherche de performance énergétique passe aujourd’hui par la numérisation des énergies renouvelables. Cela représente un véritable enjeu car, avec une production d’électricité qui se décentralise, les opérateurs doivent apprendre à gérer différemment leurs réseaux. Smart Occitania, lancé officiellement le 3 octobre à Toulouse, va permettre de tester des technologies intelligentes de type smart grid au service des territoires ruraux : la circulation d’informations entre fournisseurs et consommateurs permettra de planifier et d’anticiper les besoins en évitant notamment les interruptions de réseau. Le projet associe le groupe Enedis à des start-up et PME régionales qui apportent des réponses innovantes.
Autre projet, Digisol va tester un système de gestion d’électricité photovoltaïque entre un bâtiment producteur, équipé d’une toiture adaptée, et un bâtiment consommateur. Tout l’enjeu est de comptabiliser l’électricité produite qui sera consommée et de savoir comment la répartir entre les différents usagers selon les besoins, sans « gaspillage ». Au final, c’est bien l’efficacité énergétique qui est visée, pour des bâtiments plus économes et pour limiter la précarisation énergétique, que ce soit en milieu urbain ou en zone rurale.
Et pour les transports ?
Non encore expérimentée mais qui finira par se développer, on peut citer la technologie du « véhicule-to-grid ». Il s’agit d’utiliser l’électricité contenue dans les batteries d’une voiture électrique pour le réseau électrique du logement du propriétaire, durant les périodes de stationnement : les batteries fonctionnent alors comme des unités de stockage.
Propos recueillis par Florence Brau le 17/10/17.

Enregistrer